Quelle ampoule choisir pour s’éclairer ?

 

 

Quelles ampoules choisir pour l’éclairage si on ne veut pas renoncer à son confort visuel tout en réduisant sa facture d’énergie ? Tout le monde connaît la réponse : il faut installer des Leds. Elles sont maintenant à des prix qui permettent des retours sur investissement rapides et il ne faut pas s’en priver. On trouvera toutes les informations techniques sur cet excellent lien, avec une calculette mais le tableau ici est suffisant pour se convaincre. Dans ce tableau, il existe cependant des valeurs qui peuvent paraître étrange, comme des durées de vie estimées de 80 ans… mais il s’agit simplement de la conversion en années d’une durée de vie de 30 000 heures à raison de 1 heure d’utilisation quotidienne. Soyons certains que dans 80 ans, les problèmes se poseront de manière assez différente.

Cependant, il est deux question qui sont peu abordées, le choix de la puissance nécessaire et celui du système de connexion (douille de l’ampoule). En ce qui concerne la puissance, voilà quelques valeurs de luminosité naturelles que j’ai glanées sur le web :

Éclairement lumineux Exemple
120 000 lux Soleil direct
20 000 lux Ciel bleu à midi
10 000 – 25 000 lux Ciel nuageux à midi
400 lux Aube ou crépuscule, par temps clair
<200 lux Ciel très nuageux
40 lux Entièrement couvert
<1 lux Nuage d’orage, cas exceptionnels
<1 lux Clair de lune
0,25 lux Pleine lune par une nuit claire
0,01 lux Quartier de lune
0,002 lux Ciel étoilé sans lune
0,0001 lux Ciel couvert sans lune

(nota : 1 lux = 1 lumen/mètre carré)

Les valeurs d’éclairement de la lumière naturelles sont très élevées. Par exemple, si vous voulez reproduire dans une pièce de 16 m2 l’intensité lumineuse d’un ciel entièrement couvert (40 lux) il vous faudra illuminer la surface totale (72 m2) avec une source de 72 x 40 = 2880 lumen ce qui correspond à deux ampoules à incandescence de 100 W ou encore 1 tube fluo de 36 W. En ce qui concerne les puissance électriques consommées, on pourra consulter la page « ordres de grandeur », ici.

Point rarement abordé : quelles sont les douilles d’ampoules qu’il faut choisir ?

Voilà ce que je propose : puisqu’on passe aux leds et qu’on ne veut pas changer inutilement les luminaires, et surtout, qu’on ne veut pas avoir à assurer la maintenance de toutes sortes de lampes différentes en stock, j’ai choisi de concentrer tous mes éclairages sur 3 types de lampes seulement :

– douille à vis E27 (le plus courant )

– douilles à vis E14 (mais chaque fois que je peux je remplace par du E27)

– et enfin du GU 10.

En particulier, c’est ce type d’éclairage qui permet de remplacer les anciens tubes fluo de 36 W, normalement 4 lampes GU 10 de 4 W à Led doivent donner la même efficacité avec un éclairement plus faible puisqu’elles peuvent être orientées vers les points importants de la pièce.

A noter qu’il faut privilégier les lampes LED qui comportent des petits carrés jaunes parce qu’elles filtrent la lumière bleue, cequi était l’inconvénient des lampes Leds de première génération, qui pouvait présenter un danger pour la vue.

Je me suis fixé la règle de ne plus acheter autre chose que ces trois types de lampes (en allant progressivement vers 2 seulement, E 27et GU 10). Il est donc important d’être vigilant sur le choix des luminaires. Particulièrement, il faut se méfier des soldes. Les commerçants cassent les prix sur certains produits, ils ont probablement leurs raisons. Aujourd’hui on peut acheter pour très peu cher des tubes fluo et tubes halogènes… parce qu’ils seront bientôt interdits à la vente… Tout ce qu’il n’est pas en Led, à commencer par les tubes fluo doit disparaître de votre maison. Même les lampes basse tension qu’on installait avant en volume 2 dans les salles de bain peuvent être remplacées par des GU étanches (classe II, ou IP x3 «symbole : 1 goutte d’eau dans un carré »), du type de cette qu’on installe dans les éclairages extérieurs. Bien sûr tout cela doit être relié à la terre et protégé par un disjoncteur 30 mA.

Pour les indices de protection, voir ici. Rappel : dans une salle de bain, on ne met aucun éclairage à la verticale de la baignoire, et tout ce qui est à moins de 60 cm de celle-ci doit être au minimum du IP x3.

En conclusion, il faut progressivement se débarrasser des éclairages traditionnels, qui consomment et qui chauffent (ce qui pendant la période d’été peut être un inconvénient important), en profiter pour rationaliser les choix des différents types de lampes pour ne pas avoir à faire des stocks d’ampoules trop compliqués à gérer, et, si c’est nécessaire, remplacer ou déplacer les éclairages non conformes ou qui se trouvent à un emplacement non autorisé dans les salles d’eau.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une pensée sur “Quelle ampoule choisir pour s’éclairer ?

  • 11 juillet 2018 à 16 h 03 min
    Permalink

    Merci pour ces rappels et ces aides très utiles pour calculer l’éclairage utile dans une pièce ! Je vais me garder toutes ces informations sous la main, c’est toujours bien utile.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez recevoir gratuitement le dossier "25 conseils..." en complément de votre visite.