Chauffe-eau thermodynamique

Quelques commentaires sur ce système de chauffage de l’eau chaude sanitaire.

Quels sont les cas où il serait financièrement intéressant de réaliser cet investissement ?

Principe de fonctionnement du chauffe-eau thermodynamique.

Au contraire du cumulus classique qui réchauffe l’eau avec une résistance électrique, le chauffe-eau thermodynamique est muni d’une pompe à chaleur, du même type que celle qu’on peut trouver dans un réfrigérateur ou dans une climatisation. Sa consommation électrique sert à actionner un compresseur dans un circuit qui va rechercher la chaleur à l’extérieur du chauffe-eau pour la conduire à l’intérieur afin de réchauffer l’eau. Les composants électriques et mécaniques sont donc les mêmes que ceux que l’on trouve dans une petite climatisation dont le principe est expliqué ici . On retrouve ainsi les principales caractéristiques d’un réfrigérateur, voir ici, associées à celles d’un cumulus classique, et, dans une moindre mesure cependant, les différents problèmes et les déceptions que l’on peut rencontrer avec une pompe à chaleur.

Intérêt économique du CE thermodynamique

Je propose ici une simulation, dont chacun pourra faire varier les données d’entrée pour mieux répondre aux différents cas particuliers. Bien évidemment, les résultats risquent d’être sensiblement différents de ceux qui sont annoncés par les vendeurs. À vous de vous faire une opinion.

Coût de l’investissement de départ 

On choisit un cumulus classique d’une valeur de 500 euro pour une entrée de gamme achetée dans un magasin de bricolage, pour un volume 300 litre, qui installé par nos soins. Pour le même matériel installé par un plombier on pourra prendre une valeur de 1000 euro. Pour le chauffe-eau thermodynamique, le prix est généralement de 3000 euro pour 300 litres, il y a des aides (crédit d’impôt) qui peuvent ramener la dépense à 2000 euro. L’installation est plus complexe, en particulier il faut préparer une manchette et percer éventuellement des ouvertures pour le prélèvement de l’air chaud et l’évacuation de l’air refroidi.

Durée de vie de l’investissement

Dans les deux cas, je propose un fonctionnement de 10 ans. On trouve des durées plus courtes ici, pour les CE thermodynamiques, qui sont alors évaluées entre 6 et 8 ans. Ce type d’installation est plus complexe, elle a davantage de possibilités d’avoir des pannes, mais il me semble que le critère important soit plutôt la durée de vie de la cuve avec la corrosion et l’accumulation de calcaire, problème qui est commun aux deux types d’installations : dans une région calcaire et si on ne fait pas d’entretien particulier, on devrait avoir des dégradations comparable pour les deux systèmes. On choisira donc10 ans pour simplifier, en sachant que c’est une hypothèse qui est favorable au chauffe-eau thermodynamique. On supposera aussi une excellente fiabilité pour les deux appareils : ils fonctionnent parfaitement sans maintenance pendant 10 ans et tombent en panne le jour de leur dixième anniversaire. Si un fournisseur vous propose des durées supérieures à 10 ans, je pense que c’est suspect.

Coût de fonctionnement

On peut estimer qu’un chauffe-eau classique de 300 litres consomme environ l’équivalent de son prix en électricité par an, soit 500 euro par an ou encore entre 3000 et 3500 kW.h/an (famille de 4 à 6 personnes). Le chauffe-eau thermodynamique, avec un COP moyen de 3 consommera pour le même service entre 1000 et 1200 kW.h/an. L’économie serait alors de 2200 kW.h/an soit 330 euro par an ou encore entre 25 et 30 euro par mois. Compte tenu du crédit d’impôt qui ramène le surcoût du chauffe-eau thermodynamique à 1500 euro, le retour sur investissement intervient alors au bout de 5 ans. Pendant les 5 années suivantes, le CE devrait rapporter à nouveau 1500 euro.

Dans le cas où on ne pourrait bénéficier des aides de l’état, le retour sur investissement (2500euro /330) serait alors de 8 ans, ce qui nous rapproche de la durée de vie de l’installation. Il en est de même si l’installation est peu utilisé (personne seul ou couple), dans ce cas, il est possible la durée de retour sur investissement dépasse la durée de vie de l’installation.

Autres variables

Notez que nous n’avons pas tenu compte ici de l’augmentation prévisible du coût de l’électricité ainsi que des conséquences des pannes et défaillances qui peuvent intervenir pendant les 10 ans d’exploitation.

Le chauffe-eau thermodynamique présente des contraintes d’exploitation que le cumulus classique n’a pas : il ne peut pas être installé n’importe où, il a besoin d’un volume d’air minimal sur lequel il peut prélever la chaleur (et qui sera refroidi ensuite, ce qui peut être un inconvénient en hiver et un avantage en été), il a besoin d’un air plutôt chaud (il marchera donc mieux pendant la journée, ce qui nous fait perdre le bénéfice des tarifs heures creuses, et moins bien lorsque l’hiver est rigoureux), il est plus bruyant (il faut donc l’éloigner des pièces de vie). Il n’a pas vocation à être installé en appartement ou dans les pays à forte amplitude thermiques (en altitude). Il sera en revanche beaucoup plus efficace dans les pays chauds toute l’année.

Conclusion

En conclusion, l’installation d’un chauffe-eau thermodynamique peut être envisagée si toutes les conditions sont réunies et si on bénéficie des aides fiscales permettant de ramener le coût de l’appareil installé au dessous de 2000 euro. On pourra trouver un tableau comparatif ici. Je pense que dans tous les autres cas, il est préférable de s’abstenir. Le prix de l’électricité augmente, mais les technologies évoluent et le coût de fabrication de ce type matériel devrait diminuer, ce qui devrait faire tendre le retour sur investissement sur des durées de plus en plus courtes.

Merci de votre visite sur ce site, n’hésitez pas à faire des commentaires, des compléments et à me poser des questions. Je répondrai à chacune d’elles.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une pensée sur “Chauffe-eau thermodynamique

  • 7 juin 2018 à 19 h 35 min
    Permalink

    j’étais arrivé a la même conclusion. merci pour cette analyse objective. je reste persuadé que les vendeurs tiennent compte des primes pour gonfler les prix, en tout cas en Belgique. je pense aussi que ces primes seront récupérées par le gouvernement sous forme d’augmentation du cadastre (toujours en Belgique).

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez recevoir gratuitement le dossier "25 conseils..." en complément de votre visite.