comment aerer

 

Comment aérer sa chambre de manière économique et efficace

Laissez-moi vous raconter une histoire.

Cette année-là, on avait loué à un étudiant une des chambres de notre pavillon parisien. On le voyait rarement, il avait des longs trajets, partait tôt le matin et rentrait assez tard. On était en novembre, et depuis plusieurs jours la maison se refroidissait sans explication. C’était ces matins parisiens glauques, où des gelées apparaissent sur les pare-brise des voitures, avec un temps très calme avec un léger brouillard. Lorsque je rentrais le soir, la maison était froide et le froid venait de sa chambre. Sa porte était froide indiquant que sa chambre l’était davantage encore. De la rue, on pouvait voir qu’il laissait une fenêtre ouverte dans la journée, elle était entrouverte, bloquée par une chaise, laissant passer un mince filet d’air de 1 ou 2 cm, pas davantage… Et cela suffisait à refroidir toute une partie de la maison.

Comment les choses se passent-elles ?

Il n’y avait quasiment aucun mouvement d’air, l’air vicié de la chambre reste à l’intérieur. Seule la chaleur passe spontanément de l’air chaud qui est à l’intérieur à l’air froid qui est à l’extérieur uniquement par le contact des molécules d’air de la zone du petit filet au niveau de l’ouverture. Il n’y a pas d’échange de molécules (ou très peu) pas de mouvement d’air, seule la chaleur se transmet, et donc, si l’objectif était de renouveler l’air, c’est raté : on a simplement refroidi l’air vicié de la chambre sans le remplacer par de l’air neuf. Mais plus encore, cet échange dure plusieurs heures par jour, l’air qui se refroidit à l’intérieur de la chambre capte la chaleur de tout ce qu’il y trouve, les objets, les meubles, les murs, lesquels à leur tour captent la chaleur dans les autres pièces de la maison, d’où la sensation de froid que je ressent, même si je ne suis pas dans sa chambre, et même s’il n’y a pas de circulation d’air.

Pire encore : pour faire varier d’un seul degré la température d’un objet, d’un meuble ou d’un mur il faut beaucoup plus de chaleur que pour faire varier d’un degré le même volume d’air. C’est de l’ordre de 1000 fois plus. Le résultat est que notre locataire arrive le soir dans une chambre glaciale. Il se dépêche alors de fermer la fenêtre et d’augmenter le chauffage. L’air pourra remonter en température, mais tout le reste restera froid (les objets, les murs), et continuera à capter de la chaleur pendant plusieurs heures. Le résultat, est que la nuit sera sûrement inconfortable dans une chambre qui restera froide et un air qui restera vicié, puisqu’il n’aura pas été renouvelé. L’échec est total.

Tout ceci est d’autant plus agaçant, que nous avions fait un gros effort pour le remplacement des fenêtres : double vitrage, traitement de surface, argon, (on expliquera plus tard comment tout cela fonctionne), étanchéité particulièrement soignée, avec ventilation contrôlée et ruptures de pont thermiques…Le tout pour 1000 euro par fenêtre. Tout cet argent, toutes ces études de conception pour au final, laisser les fenêtres ouvertes toute la journée… Et chaque jour on recommence, la facture explose, mais on n’a toujours pas remplacé l’air de la pièce.

Alors comment faut-il faire ?

Il faut remplacer la totalité de l’air de la chambre, rapidement, en ouvrant grand, pendant une durée brève, pour ne pas laisser les structures (les objets, les murs) se refroidir.

Pour se donner un ordre de grandeur, si on peut créer un petit courant d’air (de l’ordre de 0,5 m/seconde) avec une petite fenêtre de 2m carré, il faut seulement laisser la fenêtre et le porte ouverte simultanément pendant 30 secondes. Dans le cas où on peut créer un courant d’air plus fort (un peu comme s’il y avait un ventilateur dans la pièce) cette durée sera encore réduite, quelques secondes suffisent, une fois le matin, une fois le soir, à l’occasion de la fermeture des volets par exemple. Mais 5 minutes avec les fenêtre ouvertes en grand c’est déjà largement trop.

Après cette manœuvre, l’air est complètement renouvelé et peut remonter rapidement en température au contact des tous les matériaux qui sont présents dans la chambre et qui ont pu rester à la bonne température. Il est donc inutile d’augmenter la puissance du chauffage.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une pensée sur “comment aerer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez recevoir gratuitement le dossier "25 conseils..." en complément de votre visite.