Quand il fait trop chaud

Voici 9 petits conseils simples, parfois faciles à mettre en œuvre, toujours très efficaces quand il fait trop chaud, à lire avant de faire un investissement qui risque de s’avérer ensuite inutile et coûteux.

1 D’une manière générale, tous les travaux d’isolation qui auront été effectués pour diminuer la facture de chauffage en hiver seront aussi utiles pendant l’été. Le plus souvent, ils ne font pas réaliser des économies, mais ils apportent beaucoup de confort. Mais ils peuvent aussi permettre de réaliser ds économies considérables s’ils conduisent à éviter d’avoir recours à l’installation d’une climatisation ou s’ils la rendent beaucoup plus efficace. On a alors la possibilité de faire des économies sur la consommation électrique d’une climatisation, sur son amortissement et sur les coûts de la maintenance. C’est la raison pour laquelle il faut toujours commencer par se poser le problème de l’isolation avant d’envisager d’installer une climatisation. Les solutions d’isolation pour la chaleur sont à peu près les mêmes que celles qui favorisent l’isolation de l’enveloppe thermique d’une maison pour les périodes froides. Je dis «  a peu près » parce qu’il y a un cas particulier où les isolants mince (qui ont fait l’objet d’un article très critique ici ) peuvent être utilisés en complément des isolants classiques (le plus fréquemment ce sont des laines minérales). Il s’agit de l’isolation des toitures sous rampants. L’été, la couverture d’une toiture peut atteindre des températures très élevées pour lesquelles les isolants minces peuvent commencer à avoir de l’efficacité. Cela ne doit pas permettre de s’affranchir de compléter avec une couche d’isolant classique la plus épaisse possible. Il faut donc toujours commencer par isoler avant d’envisager de climatiser. L’isolation ne consomme rien, ne tombe jamais en panne, et elle « donne » de l’argent chaque année : on chauffe moins, on climatise moins (ou pas du tout).

2 Les fenêtres a double vitrage sont très efficaces, elles permettent d’empêcher la chaleur de rentrer sur la face sud d’un local tout en permettant à la lumière de pénétrer largement, ce qui n’était pas possible avec les méthodes traditionnelles : construction de fenêtres de petites dimensions et fermeture des volets pendant la journée. Cela permet le retour de la construction de larges baies vitrées au sud laissant passer une lumière froide. Eviter les volets métalliques, et d’une manière générale les volets de couleur sombre qui se transforment en véritables radiateurs lorsqu’ils sont exposés au soleil.

3 Il existe des climatiseurs d’appoint, ou climatiseurs mobiles où les deux composants d’une climatisation sont regroupés en un seul module. Il peuvent rafraîchir un local mais ils présentent deux contraintes importantes : 1) ils sont bruyants, 2) ils nécessitent une évacuation pour l’air chaud qui se présente comme une manchette souple qui est le plus souvent d’une dizaine de cm de diamètre et d’un ou deux mètres de longueur. Il est très important que cette évacuation soit étanche : le système ne pourra réellement être efficace si l’air chaud expulsé par la manchette souple ne peut pas revenir dans le local. Le mieux est de réaliser un orifice correspondant au diamètre de la manchette dans une fenêtre ou même dans un mur. Si on dispose d’un conduit de cheminée, une solution efficace est de l’utiliser pour évacuer l’air chaud. Dans tous les cas il faut réaliser une étanchéité soignée autour de cette évacuation. Très souvent, on voit cette évacuation coincée dans une porte ou une fenêtre entrouverte. Dans ce cas, si rien n’est fait pour empêcher l’air chaud de revenir à l’intérieur, le dispositif ne sert quasiment à rien. Il ne fait que faire du bruit et alourdir la facture d’électricité.

4 Le puits canadien (ou provençal) est une solution qui est très efficace : il s’agit d’une gaine de 200 mm de diamètre qui est enterrée sur plusieurs dizaines de mètres à 50 cm au moins dans le sol. L’air est collecté à l’extérieur et refoulé dans le local par une ventilation forcée après s’être rafraîchi au contact du tuyau enterré. Le système fonctionne aussi en hiver pour réchauffer efficacement le local. Il faut prévoir des travaux de terrassement importants qui ne sont possibles que si l’on est propriétaire du terrain autour de la maison.

5 Il est toujours plus coûteux et plus complexe de refroidir un local que de le réchauffer. C’est ainsi, c’est une conséquence des lois de la physique. On ne produit pas de froid, on ne sait que produire de la chaleur ou la déplacer ailleurs. Voir ici si on veut plus d’explications et si on veut convaincre de leur erreur ceux qui vous conseillent de laisser la porte du réfrigérateur ouverte pour rafraîchir votre studio (histoire vécue).

6 Il faut apprendre à identifier et à se débarrasser des sources de chaleur parasites. Typiquement, il s’agit des éclairages ancienne manière qu’il faut systématiquement remplacer par des Leds ou des cas où il faut assurer une ventilation efficace lorsqu’on ne peut pas faire autrement (appareils de cuisson, appareils électro-ménagers, appareils frigorifiques, informatiques, etc). En ce qui concerne les éclairages, je conseille de ne plus acheter désormais autre chose que des Leds. Cela réduit le montant de la facture d’électricité et améliore sensiblement le confort d’été. Je me souvient de la salle d’attente d’un médecin parisien pendant un mois d’août il y a quelques années : halogène 500 W allumé en permanence (un bon petit radiateur) et climatisation mobile (et très bruyante) refoulant par une fenêtre entr’ouverte. Un très bel exemple de ce qu’il ne faut pas faire. Ne gardez vos halogènes que pour les allumer lors du réveillon de noël ou alors offrez-les à une vielle tante qui ne vous aime pas. Tout doit disparaître : lampes à incandescence, halogènes, tubes fluo, lampes fluocompactes… En été n’utilisez plus que des Leds.

7 Les ventilateurs, savoir les utiliser. Ils ne sont utiles que si vous êtes présent dans la pièce. Beaucoup de personnes laissent les ventilateurs de table ou les ventilateurs de plafond en service lorsqu’il n’y a personne. Or ces ventilateurs chauffent le local. Plus exactement, ils apportent au local l’énergie électrique qu’ils consomment. Alors pourquoi produisent-ils une sensation de froid ? Parce qu’en circulant, l’air favorise l’évaporation de l’eau, celle qui est issue de notre transpiration. Et c’est la transformation de l’eau liquide en vapeur d’eau (l’évaporation, donc) qui consomme beaucoup d’énergie. Cette énergie c’est la chaleur de notre corps , ce qui explique pourquoi lorsque la sueur s’évapore, cela fait baisser la température de notre peau. On apprécie en été cet apport de fraîcheur (beaucoup moins en hiver dans les courants d’air). La circulation de l’air due au ventilateur favorise l’évaporation qui fait baisser la température sur notre peau. Donc, s’il y a pas d’eau liquide (de sueur) ou s’il n’y a personne, dans la pièce, il n’y a aucun effet favorable sur la température. Elle aura même tendance à augmenter..

8 Savoir gérer l’humidité. Il existe des rafraîchisseurs qui sont en fait des humidificateurs d’air. Ca fonctionne comme les brumisateurs, on cherche à favoriser l’évaporation de l’eau. ils sont efficaces parce que l’eau en s’évaporant, consomme beaucoup d’énergie ce qui abaisse la température de l’air. Mais dans le même temps elle augmente son taux d’humidité, ce qui fait que si l’air n’est pas renouvelé en permanence et remplacé par de l’air sec, le taux d’humidité augmentera et nous ne pourrons plus maîtriser la température de surface de notre peau par évaporation de la sueur. En effet, dans un air déja humide, l’eau a des difficultés à s’évaporer. On a donc plus de difficulté à contrôler sa température dans un air humide que dans un air sec. C’est la raison pour laquelle on est plus à l’aise dans un air sec que dans un air humide pour une même valeur de la température. On peut donc arroser, répandre de l’eau, favoriser l’évaporation pour diminuer la température de l’air à condition que cet air soit en permanence renouvelé par de l’air sec. C’est donc un peu illusoire de vouloir refroidir en humidifiant l’air puisqu’il faut sans cesse le replacer par de l’air sec, qui vient de l’extérieur et qui est donc nécessairement plus chaud. En fait, pour ce cela fonctionne de manière efficace, il faut que l’évaporation de l’eau se fasse directement au contact de la peau, c’est pourquoi on arrive à ce dernier dispositif :

9 Enfin, pour terminer : l’arme absolue. Il s’agit du pulvérisateur à main. Essayez le vraiment. Il donne d’excellents résultats quand on est vraiment en difficultés pour échapper à la chaleur, si on est bloqué dans une appartement exposé au sud, avec une grande baie vitrée en simple vitrage, dans une situation terrible du type « aout 2003 en région parisienne ». Très utile aussi si on est obligé de prendre la route avec une voiture sans climatisation (ou dont la climatisation ne fonctionne pas correctement) et que l’on a des passagers en bas âge ou qui sont au contraire très âges. J’ai expérimenté ce procédé la première fois dans la années 90, lors du départ en vacances avec une vieille BX sans clim pendant un été caniculaire. La voiture était loquée dans les bouchons… Il y avait deux enfants de 3 et 7 ans à l’arrière du véhicule. Chacun avait son pulvérisateur et les deux garçons avaient consigne de l’utiliser de toutes les manières sans modération, ce dont ils ne se privèrent jamais. J’en avais aussi acheté un troisième pour les passagers avant, et bien sur, quelques bouteilles d’eau pour assurer les recharges. L’effet est garanti, confort assuré, cette clim portative vous suit partout, jusque sur la plage… Le tout pour moins de 10 euro.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez recevoir gratuitement le dossier "25 conseils..." en complément de votre visite.