S’isoler du bruit

 

il est très difficile d’empêcher le bruit de traverser une paroi. Depuis plusieurs années, j’effectue un grand nombre de types d’aménagements et de rénovations dans des appartements, et j’ai été amené à rechercher les meilleurs méthodes pour séparer des locaux du point de vue phonique. Ce problème a des conséquences très importantes, de très beaux appartement très bien situés peuvent devenir inhabitables à cause du bruit. Parfois les solutions sont très difficile à mettre en œuvre. Comme pour l’isolation thermique, il faut particulièrement se méfier de tout ce qui a été construit avant les années 70…

D’une manière générale, les produits qui isolent efficacement du bruit devraient idéalement avoir deux propriétés. Ils devraient être très lourds pour avoir une grande inertie de résistance à la propagation des vibrations et en même temps être fluides et élastiques pour que les vibrations se perdent par frottement dans l’épaisseur de la structure. Si on a quelque chose qui est à la fois très lourd, très mou et très épais on sera sûr d’avoir une isolation efficace. Malheureusement il est difficile d’avoir des produits lourds et en même temps assez mou : une bonne solution consiste à fabriquer des feuilles de composite bitume liège de type « MATSON ». Mais ces feuilles ne peuvent pas être très épaisses. Cependant, ce procédé se situe parmi les moyens les plus efficaces de doublage sur une cloison existante si on a peu de place ou bien si on souhaite renforcer l’isolation d’une porte. Le doublage par l’intérieur des murs et des cloisons a l’inconvénient de diminuer la surface habitable, la largeur des couloirs, ce qui peut conduire à des contraintes d’épaisseur qu’il n’est pas possible de dépasser.

Il faut distinguer plusieurs types de situations :

1 Construire une cloison nouvelle.

La solution efficace consiste à associer l’absorbant souple (de la laine de roche) et le lourd (plaque de plâtre haute densité – couleur repère bleu). La cloison est une structure classique en rails et montants acier, ils seront complétés par des bandes élastiques dites « résilientes » en mousse. La solution de base est une paroi de type PLACOSTYL en rails 50 mm + 2 x 13 mm de plaque haute densité de chaque coté. Le résultat sera amélioré si la cloison est plus épaisse : un très bon résultat peut être obtenu avec des rails de 70 mm, laine de roche bien tassée, et deux couches de BA 13 haute densité de chaque coté. Bien jointer pour avoir une bonne étanchéité (le bruit se propage par des trous d’épingle), il se propagera aussi par les traversées (plomberie, électricité). Privilégier dans la mesure du possible, les prises et câbles en applique sous goulotte pour éviter de créer une brèche dans le BA 13. dans ce cas, on a un ensemble de 70 mm de rails, plus 4 x 13 mm de plaques de plâtre. Plus c’est épais, mieux c’est.

2 Doubler des murs et des cloisons dont l’isolation est peu efficaces.

Trois solutions ont été expérimentées

1 Pour une épaisseur inférieur à 10 mm et pour renforcer l’isolation d’une porte : plaques de bitume type Matson. Qui est probablement ce qui est le plus efficace pur une épaisseur aussi faible (il ne faut pas s’attendre à des miracles). Noter que les plaques MATSON peuvent se coller au MAP.

2 Pour une épaisseur de 20 à 30 mm on peut coller au MAP une ou deux épaisseurs de plaques de plâtre haute densité ou une plaque haute densité plus des plaques type Matson.

3 Au delà de 30 mm, il existe des composites de type laine de roche compressée + un épaisseur de BA13 collée. l’ensemble peut se coller au MAP sur une cloison brique très peu performante (construction années 60/70) ou un mur extérieur en agglo béton de 200mm non banché qui est là aussi très mauvais du point de vue phonique. Le concept QUALIBEL d’Isover propose des épaisseurs allant de 30 +10 (laine + plâtre) à 100 +13.

3 Se protéger des bruits extérieurs

Typiquement la solution devra alors prévoir sur les murs un complexe de type Qualibel avec de la laine haute densité collée au MAP ou bien un doublage de laine de roche avec des panneaux de plâtre haute densité montés sur rails. La laine de roche est à privilégier dans tous les cas puisque c’est le matériaux qui a la propriété de combiner une isolation phonique et thermique pour l’enveloppe extérieure de la maison. Le montage d’une isolation en laine de verre sur rails permet de rattraper les inégalités de surface des murs support, c’est le cas dans les maisons anciennes.

Ensuite reste le problème des ouvertures, les fenêtres et des ventilations. Le double vitrage a vocation d’isolation thermique offre généralement de bonnes performances phoniques. Les fournisseurs proposent des vitrages encore plus performants du point de vue phonique (triple vitrage, épaisseur du verre extérieur renforcée). Les vitrages les plus performants du point de vue phoniques sont aussi souvent ceux qui sont qualifiés anti-effraction.

Ce qu’on ne devrait pas utiliser :

Il ne faut pas utiliser les matériaux isolants légers : ne pas utiliser du polystyrène expansé ou extrudé. Ces matériaux sont très performants pour l’isolation thermique, mais sont très mauvais pour l’isolation acoustique. Si vous souhaitez poursuivre conjointement les deux objectifs, il faut utiliser des matériaux de type laine minérale, plus ou moins compressée suivant la priorité que l’on donne pour un objectif par rapport à l’autre (plus la laine de roche est compressée, plus elle sera efficace phoniquement, mais moins elle le sera thermiquement)

4 Bruits d’impacts au sol 

le meilleur résultat est obtenu avec la moquette, c’est pour cette raison qu’on la trouve partout dans les hôtels. J’ai obtenu des résultats décevants avec des systèmes en liège naturel de type acousticork. Les normes d’isolation phoniques ont considérablement évolué et aujourd’hui, certains immeubles anciens peuvent être considérés comme de véritables catastrophes. Se méfier avant d’acheter… et l’isolation des bruits d’impact au sol est probablement le problème le plus difficile à résoudre. Il n’est ps facile de convaincre le voisin du dessus d’installer des tapis ou de chausser des charentaises en arrivant chez lui, de même pour l’isolation, si c’est à lui de faire le travail. Une solution peut être alors d’installer un faux plafond si on dispose d’une hauteur suffisante. Dans ce cas, le faux plafond peut être conçu comme les doublages de parois latérales, tel qu’on l’a vu auparavant.

En conclusion, il existe beaucoup de solutions, de fournisseurs, et le choix est à faire en ce qui est « relativement » efficace (ce qui a été testé dans cet article) et ce qui ne l’est pas du tout (une couche de 3 mm de matériaux mous ne donnera quasiment aucune amélioration). Dans tous les cas, le soin apporté à la mise en œuvre est aussi important que le choix du matériaux. Les bruit passe par des trous infimes, il se propage aussi par les vis liant les rails des Placoplâtres qui seraient trop longues, ou mal montées. Enfin, il existe encore beaucoup de solutions – qui peuvent être très efficaces – et qui n’ont pas été testées ici. Merci de m’en faire part dans vos commentaire.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez recevoir gratuitement le dossier "25 conseils..." en complément de votre visite.